# 3 - Invitation by cynical_terror 1/5

Comments (14) :

  • black-veil-brides-source

    29/08/2011

    Bonsoir
    Oui je suis au courant de ces 2 tatouages :)
    Mais celui avec le coeur et la petite croix a été fait en 1er
    Et quand Juliet et Andy on tout les deux commençaient à se donner des surnoms, ils se les sont tatoués :)
    bises

  • Annwvyn

    11/02/2009

    Juste parfait ! J'aime, et pire encore.

    Le caractère de Bill à la fois indiscernable et extrêmement bien défini, une sorte de frustration de ne pas pouvoir définir avec perfection la façon dont il va réagir. C'est certainement une des meilleures choses lorsqu'on lit du Cynical. Cette aisance avec laquelle elle manie les mots, et je dois avouer qu'il faut être très bon traducteur pour pouvoir retranscrire tous ce qu'elle veut dire. Juste pour ça, je te félicite ! Tu fais un joli travail, c'est assez impressionnant en fait. Es-tu bilingue ? J'aimerais l'être.

    Je m'égare du sujet de la fiction. Billshido, une union à la fois malsaine et excitante. C'est agréable de pouvoir imaginer Bill avec un homme, un vrai ; un homme viril et musclé, un de ceux qui prend les commandes et qui dirige sans être dirigé. C'est peut être pour cela que cette fiction me plait beaucoup. Bushido passe pour un petit connard auquel on peut s'attacher.

    Je vais lire le chapitre suivant... C'est tellement bon ! =D
    Bravo à toi, vraiment.

  • Annwvyn

    11/02/2009

    Oh oui ! Une traduction de Cynical_terror <3
    Auteur anglophone préféré avec Undrockroll !
    Bon, je me lance dans la lecture...
    Que je ne doute pas parfaite :)

  • Dynamic-World

    30/01/2009

    Bill était assis seul dans la chambre d'hôtel, pelotonné dans son pyjama. Il fixait, l'air ébahi, la télévision.

    "Je suis seul, génial," marmonna-t-il, tirant sur le bas de son pantalon. Ils l'ont laissé encore, ou plutôt, il refusait de sortir dehors avec eux. Les draps étaient mouillés, il le savait, et il en avait assez des clubs, de l'alcool, et des filles toutes bien habillées pour lui.

    Ils avaient prévu de rester cette nuit. Ils avaient besoin d'un break après avoir visité pleins d'endroits, ils avaient juste besoin de silence. Ce soir était la seule soirée, depuis une semaine, où ils n'avaient pas décidé d'aller quelque part. Et vraiment, Bill était heureux de s'ennuyer autant.

    Ils avaient envisagés de regarder un film, et après, Tom avait promis qu'il resterait un peu avec Bill et travaillerait quelques chansons. Bill avait beaucoup d'idées, mots et mélodies volant autour de sa tête, mais il n'était rien sans Tom, pinçant ses cordes de guitare.

    Mais évidemment, comme d'habitude, leurs plans n'allaient pas se dérouler comme prévu. Tom avait rencontré une fille blonde et étonnamment belle après le concert. Elle était comme les autres, pour Bill, mais Tom avait dit qu'il ne trouverait jamais une autre fille comme elle. Elle était différente, splendide, et bandante. Il devait se calmer. Elle avait trois autres amies aussi magnifiques, et ils ne pouvaient pas sortir au club ce soir ?

    David était ok, ils avaient bien mérité leur pause.

    Bill soupira et zappa, stoppant sur une chaîne qui diffusait une comédie américaine doublée en allemand. Il fixait les bouches qui n'avaient pas l'air de dire les mots qu'il entendait.

    Un club avec son frère complètement bourré et un paquet de groupies n'étaient pas l'idéal de Bill pour se détendre. Il préférait glander dans son lit, et c'est justement ce qu'il faisait. Et il était seulement dix heures, il avait encore du temps à tuer.

    Normalement, Bill suivrait, sourirait, boirait pour être joyeux. Il ferait semblant d'ignorer que Tom donnait du shit, qu'il soit là ou pas. Bill n'aimait pas ça, donc Tom partait dans la foule avec Georg, laissant Bill et Gustav se débrouiller.

    "J'en ai tellement marre de ça," dit Bill. Il donna un coup de pied dans sa trousse à maquillage, se sentant frustré quand elle tomba sur le sol, reversant son contenu. Il rampa hors du matelas et regarda le bazar sur le sol. Parmi les vernis à ongles et eyeliners, il y avait une petite enveloppe argentée, brillant à la lumière de la télévision.

    Il soupira lourdement en la regardant.

    "C'est ce soir, non ?" il pensa, attrapant l'enveloppe. Elle lui était adressée, mais il savait bien ce que c'était. Il l'ouvrit et sortit la petite carte d'invitation.

    "17 Septembre," il marmonna. "Ce soir."

    C'était l'anniversaire de Bushido et Bill y était invité.

    "Bien sûr, il ne m'invite pas réellement."

    L'invitation était arrivée il y a une semaine et ils avaient tous ri. Bushido taquinait Bill depuis longtemps, mais c'était pour rire, sauf que Bill ne trouvait pas ça drôle. Tom avait ouvert la petite invitation devant le groupe, se moquant de la demande.

    "Stupide Tom," dit Bill, grimaçant. Tom détestait Bushido, le haïssait vraiment. Bill était embarrassé par l'invitation, embarrassé car tout le monde le savait grâce à Tom.

    'Je devrais y aller, juste pour l'énerver,' pensa Bill. Mais on lui avait interdit d'y aller, bien sûr. Comme s'il allait y aller, comme si...

    "On me dit tout le temps ce que je dois faire," grogna Bill. Bill était soudainement énervé, et il se leva, fouilla dans ses valises, jetant ses vêtements partout. Il prit finalement un jean et un pull noir. Tout à fait normal.

    Il s'habilla avec ses vêtements choisis, se maquilla subtilement ; un trait autour de ses yeux et du gloss sur ses lèvres. Il prit une paire de lunettes de soleil, ridicule la nuit, mais nécessaire, et mit un bonnet noir tout doux sur ses cheveux. Il s'admira dans le miroir et se dit qu'il était fabuleux, même s'il était complexé.

    Ne pensant pas à ce qu'il faisait, ni à ce qu'il pensait, il demanda à son chauffeur de venir le chercher, imitant un espion pour passer devant Saki dans la salle de réception de l'hôtel. Saki n'avait pas l'air de le remarquer, trop occupé à flirter avec la réceptionniste.

    Bill alluma une cigarette quand la BMW noire arriva devant lui. Il ouvrit la porte et donna l'invitation à son conducteur.

    "Amène-moi là," il dit, s'installant dans la voiture. Dedans, la fumée le fit tousser. A travers la vitre teintée, il pouvait voir l'invitation argent où il y avait l'adresse de la salle. "Ne réfléchis pas," se dit-il, saturant son cerveau.

    _______________________________

    La voiture arriva à l'entrée du club. Il y avait un tapis qui allait de la porte, traversant toute la route et Bill déglutit.

    'Je rentrerai là, poserai pour quelques photos, éviterai Bushido et je ferai comme si je m'amusais comme jamais,' se dit-il. La voiture roula jusqu'à une petite fenêtre. "Je t'appellerai," lui dit Bill. "Je ne pourrai pas rentrer seul et à pied."

    Il poussa la portière et essaya de respirer. Il était enfin seul, il ne devrait pas être si nerveux. Pas de Tom, pas de David, pas de putains de journalistes pour le manipuler.

    Qu'allait-t-il faire maintenant ?Il était invité, que ce soit une blague ou pas, il était sur la liste. Il baissa la tête, nerveux, quelqu'un pourrait le reconnaitre, et il marcha jusqu'au bout du tapis.

    Le portier le regarda en bas. "Invitation ?" dit-il un peu fort pour qu'il puisse entendre.

    Bill sourit, il réalisa qu'il avait laissé son invitation avec son chauffeur. "Bill Kaulitz," il dit.

    Le vigile leva un sourcil et Bill baissa ses lunettes. Les yeux du garde s'élargirent avant qu'il n'ouvre la corde de velours pour laisser passer Bill.

    "Tout droit, monsieur," dit l'homme et Bill entra dans le club sombre, ricanant intérieurement. C'était si facile et il se sentait comme mauvais. Si les gars savaient ce qu'il faisait. Si Tom savait.

    Dans le club, il se sentait comme chez lui. C'était comme dans les autres clubs où il avait été récemment, sombre, bruyant, rempli de corps dansants. Il ne reconnaissait personne dans la foule et une sorte d'excitation nerveuse le parcourut. Il était vraiment seul.

    'Il est temps de me mélanger à eux,' pensa-t-il. Se mélanger faisait parti de son job, il en était pro. Il traversait la foule, glissant entre les gens, parlant avec des filles. Il se sentait niais, les bras autour de la taille d'une fille, rigolant avec elle quand elle réalisa juste qui il était.

    Il signa quelques autographes, grignota quelques amuse-gueules, et il ne se souciait pas des personnes qui venaient de le remarquer. Les photographes dans le club, ici pour documenter l'événement, prenaient du plaisir à le photographier. Bill posa pour eux, enlevant lunettes et bonnet, les rangeant dans son sac en bandoulières.

    Il ne s'était pas attendu à être remarquer, mais il l'était. Au début, il avait vu Bushido et sa troupe dans un coin, et il se disait que s'il n'allait pas les voir, il allait rester discret.

    Après avoir rit une dernière fois avec une fan, il décida d'aller boire. Il se fit un chemin vers le bar, poussant la foule et arriva finalement, commandant un Cosmopolitan. Alors qu'il s'appuyait contre le bar, attendant sa boisson, quelqu'un tapota son épaule.

    Il se retourna et écarquilla les yeux. Il reconnut l'homme immédiatement. C'était Chakuza, un ami à Bushido et actuellement, son producteur.

    "J'y crois pas, putain," dit-il.

    Bill sourit. "Um. Salut."

    Chakuza ne sourit pas en retour et Bill s'affaiblit un peu. Il était plus grand que le rappeur, mais il se sentait beaucoup plus petit que lui. Chakuza sourit, satisfait de son effet. "Qu'est ce que tu fous ici ?" demande-t-il.

    "Je..." il rougit. "Je suis invité ?"

    "C'était une blague," dit Chakuza. Il mettait Bill mal à l'aise, regardant son visage quand il parlait. "Tu le savais. Et toi... Tu te montres ?"

    "Ben, j'ai une invitation," répondit Bill.

    Chakuza allait répondre quelque chose d'autre, quelque chose de terrible, Bill le sentit, mais Bushido apparut derrière, poussant son ami. Bill restait bouche bée devant Bushido, s'étouffant. Il aurait dû le savoir qu'il ne pourrait pas échapper à Bushido toute la soirée, il aurait dû aller au moins lui parler.

    Bill aurait été viré s'il était resté avec Chakuza.

    "Pousse-toi, mec," dit Bushido à Chakuza d'un ton grave. Il fixait Bill et leva un sourcil, amusé par sa présence. "Tu devrais pas être dans ton lit ? Il est tard."

    "Je me couche quand je veux," dit-il brusquement, énervé par le ton de Bushido.

    Bushido sourit en retour. "Tu ne m'as pas apporté de cadeaux ?" Chakuza grogna derrière et Bushido s'approcha de Bill.

    Bill haussa les épaules, refusant de se sauver quand Bushido s'approcha encore plus près de lui. "Je te paierai un verre."

    "Le bar est déjà ouvert," dit Bushido. "Que me donnes-tu en plus de ta compagnie ?"

    Le sous-entendu fit rougir Bill, ses joues étaient brûlantes, son estomac tourbillonnait d'une façon étrange. Bushido sentait le cigare, l'alcool et la muscade. Bill essaya de ne pas réagir, il était intimidé.

    "Um," il répondit.

    Bill n'avait pas le choix. Bushido passa son bras au dessus de l'épaule de Bill, prenant sa boisson toute fraîche. Bill ne pouvait pas partir, Bushido avait posé son bras lourd sur ses épaules, et Chakuza se plaça à son autre côté, le piégeant.

    Il voulait se retourner et courir alors qu'ils s'approchaient de la table et Bushido demanda à ses amis de se pousser donc Bill put glisser entre les sièges et la table. Bill baissa sa tête et surprit plusieurs regards sur lui.

    Bushido le suivit, s'asseyant près de lui. Il présenta Bill avec sa boisson et Bill rougit, réalisant qu'il avait une boisson pour fille alors que les autres avaient une bière. Chakuza entra et s'installa près de Bill, de l'autre côté, et Bill oublia sa boisson. Il pouvait sentir la respiration de Chakuza dans son cou, tout le monde revint autour de la table.

    "Les mecs," dit Bushido. "Bill a décidé de nous tenir compagnie." Il allongea son énorme bras et le passa sur les épaules de Bill. Bill se tendit et Bushido le serra.

    "Il ne sait pas comment prendre une plaisanterie, visiblement," plaisanta Chakuza. Les autres mecs riaient et Bill baissa seulement la tête en fixant la table où il y avait des mégots de cigarettes, des verres vides, des téléphones portables et Bill remarqua des préservatifs pas encore utilisés. Bill déglutit difficilement, pourquoi était-il nerveux ?

    "Tu passes un bon moment ?" demanda Chakuza.

    Bill leva la tête. "Un très bon moment," il répondit en se contrôlant.

    "Entouré d'hommes, je suis sûr que tu en passes un...," dit Chakuza.

    Cette phrase amusa la table et Bill voulut être traversé par plusieurs balles de pistolet et mourir. Bushido grogna à côté de lui, pas du tout amusé, et tout le monde se tut. "Joue gentiment avec mon invité," dit-il, sérieusement.

    Bill secoua la tête, essayant de sourire. "Je vais bien."

    "Si tu le dis" dit Bushido, laissant finalement l'épaule de Bill.

    Chakuza posa bruyamment son verre sur la table, regardant Bill avec du dégoût dans les yeux. "Pédé," il l'insulta, sa cigarette bougeant près de la tête de Bill. Bill bougea sa tête.

    "Vire ta clope d'ici," dit Bushido, frappant dans sa cigarette. Chakuza fixait Bushido, il y avait de la tension, Bill pouvait le sentir. Bushido tourna sèchement la tête et Chakuza fronça les sourcils, la tension était coupée. Il se leva, poussa les gens sur son passage pour sortir des sièges et partit.

    "Quelqu'un d'autre à un problème ?" demanda Bushido. Personne ne répondit et Bill finit rapidement son verre, ayant besoin de faire quelque chose.

    "Le garçon a besoin d'une autre boisson," dit l'homme à côté de lui à présent. "Qu'est ce que tu veux boire ?" il était déjà debout, Bill ne put refuser.

    "Um. Un Cosmo," il marmonna.

    "Un quoi ?"

    Bill se sentit très embarrassé, toute la soirée, pour plusieurs raisons.

    "Donne-lui une bière," dit Bushido. "Donne-nous tous une bière, demande au barman de les apporter."

    L'homme acquiesça et Bill toussota. "Je ne sais pas..." dit-il, bougeant un peu hors de Bushido. Il était effrayé par la chaleur de Bushido. "Je devrais peut-être y aller..."

    "Tu ne peux pas partir maintenant, on n'a pas encore coupé le gâteau," dit un autre homme.

    Bushido sourit. "Une bière."

    Bill sentit un sourire s'étirer sur son visage et il soupira. "Okay, mais juste une bière."

    _______________________________

    Une heure plus tard, Bill était complètement inconscient. Mais ils l'étaient tous et Bill ne se souciait plus de se qu'on pensait de lui. En plus, ilsétaient tous si gentils depuis que Chakuza était parti.

    Bill rit pour un rien et se pencha au dessus de Bushido, prenant la boisson d'un de ses nouveaux amis et tomba sur les genoux de Bushido en buvant de l'alcool. Il ne savait même plus se qu'il buvait.

    Bushido enleva Bill de ses genoux et Bill se laissa aller en arrière, riant et grimaçant.

    "Les enfants doivent partir," dit le nouvel ami de Bill. Bill le tapa sans aucune raison et tout le monde rigola.

    "Il vous boit tous en dessous de la table," dit Bushido, soufflant la fumée de son cigare.

    Bill était fier et dit, avec un air d'importance, "Vous sucez tous... mes couilles."

    C'était la réponse la plus mémorable de la nuit et Bill entendit des mains l'applaudir. Il les baisait tous, il les avait par les couilles, c'était sûr. Il savait qu'il était chouchouté et il savait comment battre des cils et lécher ses lèvres. Il travaillait ça tout le temps sur des jeunes fans pendant ses concerts et il était excité de travailler ses manies sur des hommes plus vieux, des hommes très intimidants aussi.

    Bill se redressa, regardant Bushido. "Hey," il dit, tendant sa main. "Passe." Il voulait le cigare de Bushido.

    Bushido retira le cigare de sa bouche. "Tu veux le sucer aussi, huh ?"

    Bill constata qu'il aimait les sous-entendu, ça le chauffait, comme l'alcool. Il acquiesça, la main toujours tendue. Et Bushido poussa sa main, mettant lui même le cigare dans la bouche de Bill.

    Au début, le cigare buta juste contre les lèvres de Bill. "Ouvre," dit Bushido. Bill rit et le cigare entra dans sa bouche. Il prit une longue taffe, respirant la fumée, et il se plia en deux, toussant fortement.

    Les mecs pouffèrent de rirent et Bushido reprit le cigare. "Tu n'étais pas supposé avaler," le gronda-t-il.

    Les yeux de Bill larmoyèrent et il passa sa main contre sa bouche. Il regarda derrière Bushido et vut Chakuza qui fronçait les sourcils.

    "C'est l'heure du gâteau," annonça Chakuza. Il regarda Bill mais Bill lui fit comprendre qu'il s'en foutait. Il s'appuyait contre l'épaule de Bushido.

    "Fais ramener leur merde ici, nous sommes tranquilles," dit Bushido. Chazuka partit et revint quelques minutes après, presque tout le monde à l'entrée de leur coin plutôt caché, poussant les boissons pour le gâteau.

    Bill se souvint pourquoi il était là. C'était l'anniversaire de Bushido. Il était dans un club avec Bushido et il croyait être seul.

    Tout devint une tâche pour Bill, il voyait les bougies allumées, elles attiraient son attention. Il voulait toucher. Puis, il entendit tout le monde chanter, et il leva sa tête de l'épaule de Bushido et rejoignit les autres. Il chantait le plus fort, rigolant, et il regarda Bushido éteindre toutes les bougies.

    Bushido souffla contre le cou de Bill et serra sa cuisse entre ses mains. Quelque chose comme du feu le brûla de sa cuisse jusqu'au creux de son ventre.

    Bill s'approcha plus près de Bushido, incapable de s'arrêter. Il ne pesait pas le pour et le contre, l'alcool l'en empêchait. Ils se taquinaient toujours, ils avait toujours eu des flirts étranges. Ça avait toujours été comme ça. Ça avait toujours rendu Bill gêné et ses mains moites, mais aussi...

    Il se pencha et dit d'une voix enrouée "Joyeux anniversaire" directement dans l'oreille de Bushido.

    _______________________________

    Il était si tard. Bill regarda lugubrement son téléphone, à peine capable de comprendre ce qu'il y était écrit. Il cligna des yeux. Tom lui avait envoyé dix textos, ou plus, et il lui avait laissé un message vocal. Son téléphone sonna pour qu'il valide les messages.

    Il mit son portable dans son sac.

    Il secoua la tête, plissant ses yeux. Il était dans une chambre d'hôtel, assis dans une petite pièce. Il était avachi sur un divan ; les gens étaient derrière la porte. Ils partaient, disaient au revoir, s'étreignaient, s'embrassaient. Bill ne se rappelait plus comment il était arrivé ici, mais il ne s'en inquiétait pas.

    Il s'assoupit et il se sentait comme dans un profond sommeil. Mais quelque chose toucha son visage et il ouvrit les yeux. C'était Bushido.

    "Tu n'as pas de maison ?"

    Bill rit. "Personne ne veut de moi à la maison."

    Bushido le regarda bizarrement et pendant un instant, Bill crut qu'il allait reculer et partir. Mais il s'assit à côté de Bill, si près. "Oh oui ? Et tu crois que quelqu'un veut de toi ici ?" Bill laissa tomber sa tête sur son épaule. "Hm ?"

    Bill rit encore, cette fois, la tête de Bill était dans son cou. "J'ai un cadeau pour toi," il bredouilla.

    "Tu vas jouer avec moi, petit garçon ?" la voix de Bushido était mi-amusée, mi-sombre et exigeante.

    Bill se releva, soudainement plein d'énergie et d'émotions. "Je ne suis pas petit !" il hurlait presque. Bushido était trop abasourdi pour bouger. Bill se redressa pour être plus grand que lui et posa ses mains sur ses épaules. "Je ne suis pas petit, va te faire foutre." L'odeur de l'eau de Cologne de Bushido lui parvint aux narines et il ne pouvait plus s'arrêter, il pressa son nez contre son cou et inspira.

    Bushido le gronda et l'obligea à s'asseoir normalement. "Petit garçon," il grogna, articulant. Il rampa jusqu'à lui et Bill put sentir à quel point Bushido était grand. Pas juste grand, mais son corps entier était gros et musclé. Le poids de Bushido semblait sérieux. Ça n'était plus un flirt, ça n'était plus une blague. Qui les avait poussés aussi loin ?

    Bill trembla et dit, "Ne fais pas ça," aussi fort qu'un souffle.

    "Pardon ?" dit Bushido. Il se moqua de Bill, frissonnant quand il se poussa légèrement. "C'est quoi mon cadeau, huh ? Est ce que c'est..." Il pressa sa grande main contre l'aine de Bill, la passant derrière. Bill était dur. "Ça ?"

    Bill grinça des dents et ferma les yeux. "Non."

    "Je ne joue pas," dit Bushido.

    Bill se sentit malade, son estomac lui faisait mal et il pouvait sentir Bushido, il pouvait sentir sa chaleur. Il était excité et dégoûté quand Bushido se pressa sur lui, frottant fort contre son torse et son ventre. Tout son poids faisait de lui un putain de dominateur.

    Bushido s'empara de sa hanche et Bill gémit, essayant de se dégager. Il n'avait jamais eu quelqu'un sur lui comme ça, jamais.

    "Tu as tout dit," dit Bushido, directement sur son visage. Son souffle puait la Tequila.

    "Tu me veux," chuchota Bill. Bushido serra encore plus la hanche de Bill et Bill haleta. Il bougea sous Bushido, ayant besoin de respirer et de s'éloigner de sa chaleur. Mais Bushido avait un plan différent. Il tira Bill, prenant ses poignets. Bill glissa sur les genoux de Bushido, et il enlaça ses épaules.

    Son corps entier rougit quand il sentit l'érection de Bushido contre son cul. Inconsciemment, il bougea contre la bosse, juste un peu, et Bushido le tira en avant par les poignets, le blessant, et finalement, il l'embrassa.

    Bill n'avait embrassé personne depuis deux ans et tout ce qu'il pouvait faire c'était gémir. C'était dur, mouillé et douloureux. C'était justement ce qu'il ne voulait pas mais il était plié sur les genoux de Bushido comme une pute.

    Bushido le poussa et le gronda, "Je veux te baiser."

    Bill secoua la tête et Bushido l'embrassa encore, rageusement. Bill avait peur, mais tout ce qu'il fit était de se balancer contre la bite de Bushido, la sentant entre ses jambes. Il haleta et Bushido le renversa en arrière.

    "Tu as peur ?" demanda Bushido en serrant le cul de Bill.

    Bill secoua la tête, les lèvres luisantes.

    Bushido serra davantage son cul, un doigt traçant le pli de ses fesses en dessous de la couture de son jean. "Mmm. Tu trembles. Tu ne t'en aies jamais pris une ?"

    Bill secoua de nouveau sa tête, tremblant encore.

    Bushido rit. "Tu es terrorisé, n'est ce pas ? Bien sûr que si. Je peux profiter de toi, petit garçon ?"

    "Va te faire foutre," bégaya-t-il.

    Bushido répondit en l'écrasant sous lui. Bill soupira, recevant soudainement quelque chose sur la tête. Il roula loin de Bushido, atterrissant sur le sol. Il rampa jusqu'à lui, écartant ses genoux. Bushido ne le repoussa pas. Il laissa Bill entre ses jambes. Bill se pelotonna en avant et posa sa joue sur l'aine de Bushido. Il tourna la tête et frotta affectueusement son nez contre lui, adorant sa chaleur et sa dureté. Il ne pensa pas à ce qu'il fasait. Il était effrayé puis maintenant il était déterminé. Il allait montrer à Bushido combien il était adulte et ce qu'il était capable de faire.

    'Putain," siffla Bushido. Bill descendit la fermeture, tout vague et Bushido lui caressa la joue. Il le stoppa et grogna.

    "Tu le veux," dit Bill. "Tu avais dit que tu le voulais."

    Bushido rit mais ça ressemblait plutôt à un étranglement. Ses mains attrapèrent les cheveux de Bill, les tenant juste. "C'est une blague."

    "Je ne te crois pas," dit Bill. Il tira sur la fermeture, la forçant, et il pressa son visage contre son entrejambe. Il pouvait sentir combien la bite de Bushido était chaude ; c'était dur et il le mordit doucement à travers ses vêtements. Bushido jura, ses mains tirant fortement les cheveux de Bill, mais il était trop soûl pour le sentir. "Tu me veux ?"

    Bill se frotta à la jambe de Bushido et laissa sa bouche toucher la bosse qui tendait son boxer. "Je peux le faire," dit Bill. "Si tu me veux." Il suça sans soin Bushido à travers son boxer et gémit. Il n'avait jamais pensé à ça avant et il trembla. Il avait peur de le prendre en bouche, le sucer réellement. D'une certaine façon, il espérait que ce soit vraiment une blague, mais Bushido s'en rappellerait.

    Bushido le poussa un peu, relâchant ses cheveux. Ses yeux étaient noirs et il passa ses mains dans son boxer, sortit sa bite juste devant Bill. Elle semblait énorme pour Bill et il fit une moue. Bushido rigola juste, tenant son pénis, le tirant vers Bill.

    Bill tressaillit, regardant la fente, le gland mouillé, luisant. Il ne pouvait pas le faire, il ne pouvait pas.

    "Suce-la," demanda Bushido. "Ou c'est trop gros ? Pas utilisable avec cette taille ? Tu n'as jamais sucé de bites avant, petit Bill ? Hmm ?"

    Bill ferma les yeux et se pencha en avant, ses lèvres touchant le bout. "Non," il dit, se retirant de la tête humide.

    Bushido renifla et posa deux doigts contre le front de Bill. Il pouvait les sentir, sentir comme s'ils le désignèrent. Bushido le poussa légèrement et Bill grogna, bourré, et tomba sur ses fesses. Il roula sur le côté, se recroquevillant et tout devint sombre et silencieux.

    Bushido se leva et souleva le corps de Bill. Bill ne se réveilla pas et Bushido l'installa sur le divan.

    "Stupide garçon," dit-il et il quitta la chambre.

  • Gagatiiseuz

    25/01/2009

    J'ai lu le premier chapitre sur Le forum Nokaia,
    et j'aime beaucoup =)
    Meme si ta traduction part d'un simple délire, c'est cool parce que Y'a pas beaucoup de Billshido et c'est con parce que ce couple est génial, c'est pas mon préféré mais il est sympa ^^
    Essaye de mettre la suite sur le forum aussi ;) Ca se fait pas de juste faire de la pub :p et de nous mettre l'eau à la bouche,
    T'auras des commentaires tout aussi biens et plus constructifs même.
    En attendant que tu fasses cela, et vu que je suis impatiente et curieuse, je vais lire la suite sur ton blog ^^

  • lovestoryabouttwins

    17/01/2009

    Depuis le temps que j'ai envie de lire un histoire sur Bill et Bushido!

  • lovestoryabouttwins

    17/01/2009

    J'aime trop!!!!

  • missschafer483

    07/01/2009

    toi aussi bonne année.

  • madisonsan2a

    01/01/2009

    bon je sui pas fan de ce genre de couple mai bon jai pri plaisir a lire et je sui deg ya pa eu de lemon je le veu moi sniff lol

    vivemen la suite

    gro kiss

  • xMiss4

    01/01/2009

    Ha il etait bien aussi cet extrait la:)
    Tout bien tout bien. :)

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.247.42) if someone makes a complaint.

Report abuse