# 3 - Invitation by Cynical_Terror 2/5



Invitation
Chapter 2



La sonnerie.

Bill devait juste arrêter cette maudite sonnerie.

Ses yeux s'ouvrirent et il regretta immédiatement de ne plus être inconscient. La lumière traversait l'énorme fenêtre juste derrière le divan et une pénible douleur s'installa dans sa tête. Il s'assit et son corps entier souffrait.

Et encore cette sonnerie...

"Putain," grogna-t-il, voulant atteindre son téléphone. Il chercha dans son sac et fouilla pour trouver son portable. Il donna un coup pour l'ouvrir.

"Quoi ?" demanda-t-il.

C'était Tom. Tout ce qu'entendait Bill était des hurlements, pas des mots réels. Il couvrit ses yeux d'une main lasse et essaya de ne pas vomir.

"Ta gueule, Tom," dit finalement Bill. Il se leva et son besoin de vomir augmentait. Pourquoi avait-il autant bu hier soir ? "Tom ! Arrête de crier ou je raccroche."

"Où es tu ?" demanda Tom. Bill pouvait imaginer comment était Tom quand il dit ces mots. Il était probablement assis sur son lit, coudes sur ses genoux, ses mains tripotant sa casquette, c'était ce qu'il faisait quand il avait cette voix. "Tu es avec lui ? C'est quoi ton problème, Bill ?"

Bill entra dans la pièce d'à côté, la chambre à coucher. Le lit était vide, Bill était seul.

"Tout est sur papier, tu sais ? David est furieux," siffla Tom.

"Viens me chercher," marmonna Bill. Il était assis au pied du lit et touchait la couverture froissée.

"Bordel, t'es où ?" demanda Tom.

"Je ne sais pas," dit Bill. Il était seul, la chambre était si sombre. Il se secoua, se leva et marcha jusqu'à la salle de bain.

"Je ne peux pas le croire, Bill. Pourquoi n'as-tu pas juste dit où tu voulais aller ? Jésus, depuis quand l'avais-tu prévu ?"

"Je n'avais rien prévu. Putain Tom, ta gueule." Bill s'assit sur les toilettes dans le noir, tenant le couvercle. "Je vais dégueuler, viens me chercher."

"Tu vas quoi ?" demanda Tom. Il n'écoutait pas Bill, comme d'habitude.

"Putain, viens me chercher !" cria Bill.

"T'es où ?"

Le corps entier de Bill trembla. "Je suis à son hôtel."

Tom jura. "Jésus Christ. Jésus Christ, Bill ! Qu'as-tu fais ?!"

Bill allait vomir. "Juste viens," dit-il. Il raccrocha et vida son estomac dans les toilettes.

_______________________________


"Laisse tomber," dit Bill durement. Ils étaient dans le tourbus, dans la salle du fond. Ils jouaient aux jeux vidéos, mais pas plus.

"Non, sérieux, je veux savoir," dit Gustav. "Allez."

"Il ne s'est rien passé !" éclata Bill. "Rien. J'avais la gueule de bois pendant deux jours, c'est la partie la plus passionnante. Okay ? On peut arrêter l'interrogatoire ?"

Georg rit et frappa doucement le dos de Bill. "Vous êtes chiants, les mecs. Enfin, vous n'avez pas vu les photos ? Regardez, le quart des gars étaient bourré."

"Tu étais la personne la plus bourrée, c'est embarrassant," dit Tom. Il était assis le plus loin possible de Bill. Il était comme ça depuis la fête. "Ils ne voulaient pas vraiment de toi, là bas."

Bill fronça ses sourcils malgré que Tom ait raison. "Ta gueule, Tom, tu n'y étais pas."

"Je sais, parce que t'es sorti en cachette," dit Tom. "Prétendant que tu allais juste au lit, et t'es sorti, putain. Tu ne pouvais pas juste dormir."

Depuis quand Tom respectait les règles ? "Tu n'étais pas invité," marmonna Bill.

Tom plia ses bras et regarda Bill dans les yeux. "Ils ne t'ont pas invité non plus, ils se moquaient de toi. Tu le savais, non ?"

Bill se leva, se sentant un peu tremblant. Il n'a pas besoin de Tom pour lui dire ce qu'il devait savoir. "Je t'emmerde," dit-il, et poussa Georg pour sortir de la pièce. Il s'allongea dans sa couchette et ferma le rideau, roulant sur le côté.

Il s'était passé une semaine depuis la fête, depuis la dernière fois qu'il avait vu Bushido. Il rougit et enfonça sa tête dans l'oreiller. Malgré tout l'alcool qu'il avait bu, il se souvint de tout. Les mains de Bushido sur lui, leurs lèvres s'écrasant ensemble... La bite de Bushido.

Il grogna et il sentit son ventre se tordre. Il aurait presque voulu le faire, seulement pour choquer Bushido, lui montrer qu'il n'était pas un enfant idiot. Mais il ne pouvait pas, comment pouvait-il ? Il n'était pas gay et il ne suçait pas de bite.

Et Bushido était si intimidant.

Il toucha son aine avec deux doigts, pressa et le rideau s'ouvra. Il retira ses doigts, confus.

"Je suis désolé, Bill."

C'était Tom.

Bill roula, il ne voulait pas parler de ça. "C'est bon?"

"Je sais que je t'ai abandonné," dit Tom, s'asseyant sur la couchette. Bill ne voulait pas qu'il soit dans son espace personnel mais il ne savait pas comment le virer sans créer de dispute. "Je sais que ça t'énerve, mais tu n'aurais pas dû courir à cette fête."

C'était ça. Bill craqua, il s'assit et poussa Tom fortement. "Tout ne tourne pas autour de toi, Tom."

Tom ouvrit la bouche, voulant répliquer, mais Bill le poussa dehors et ferma le rideau.


_______________________________


"Je ne veux pas savoir," dit David, donnant la lettre à Bill.

Les yeux de Bill s'élargissent, les baissant vers l'enveloppe. "C'est de..."

"Son manager me l'a donné personnellement," dit David. "Pour divers raisons. Tu sais que je n'approuve pas toutes ces choses, mais ça emmène dans un enfer de publicité. Pas tous bons, mais tu sais..."

Bill n'écoutait plus. Il prit l'enveloppe et la mit dans son sac. "Okay," dit-il. "Je le garde." Ils étaient sur un plateau pour le photoshoot et les autres garçons se réunirent autour d'eux pour voir se qu'il se passait entre David et Bill.

"Tu vas l'ouvrir ?" demanda Gustav.

"Ouais," dit Tom, jetant un regard vers son sac. "Ouvre-le."

Bill s'écarta du groupe. "Je la lirais plus tard," dit-il. "Nous sommes occupés."

Tom croisa ses bras et remit son casque. "Ouais."

Bill regarda son sac. "Ouais."


_______________________________


Bill enleva ses chaussures et s'assit sur son lit en soupirant. C'était une longue journée et il en avait marre. Il essaya de ne pas penser à la lettre dans son sac, voulant oublier qu'elle existait. Il ne voulait pas être excité pour quelque chose de stupide.

Il n'était pas excité, il constata. Juste curieux.

Il ouvrit son sac et sortit la lettre, la posant sur le lit et la fixant.

"Que veut le Diable ?" Bill faisait comme s'il ne s'en souciait pas. Il alla dans la salle de bain, laissant la lettre sur le lit et se démaquilla. Le miroir ne reflétait pas son calme et il grogna. Dès qu'un ½il fut démaquillé, il se retrouva dans sa chambre, ouvrant la lettre.

Dedans, il y avait une carte blanche avec marqué "Merci" en lettres argentées.

Il l'ouvra maladroitement. L'écriture était étendue et faite à la main. Il lit :

"Merci de t'être amusé avec moi à mon anniversaire, petit Bill. En espérant que ton manager ne t'a pas claqué trop fort sur les poignets pour être resté éveillé trop tard.
Ton ami,
Bushido"

Bill laissa tomber la lettre en jurant. "Vas te faire foutre ! 'Petit Bill', t'as un problème ? Trou du cul."

Il pensa que Tom avait raison, Bushido ne voulait pas qu'il vienne. Et merde, il avait essayé de le...

Il déchira la lettre en deux morceaux, les laissant sur le sol.


_______________________________


C'est la dernière chose que Bill voulait.

"Non, je ne veux pas lui parler," dit Bill à David. Ils filmaient une émission de télévision et David soupira.

"Il est juste dehors, qu'est ce que je vais lui dire ?"

"Tu es mon manager, tu décides," dit Bill. David acquiesça, s'apprêtant à partir, mais Bill le stoppant, inquiet. "Non, dis-lui que je ne veux pas me reprendre une claque au poignet."

David semblait confus. "Il t'as frappé ? Tu veux que je demande à Saki de rester avec toi ?"

Bill put imaginer ce que Saki aurait voulu faire à Bushido. Il sourit légèrement. "Non. Dit lui juste de foutre le camp. Comment a-t-il su que nous étions là ?"

David haussa ses épaules. "Détends-toi, je vais lui parler." Il partit et Bill se regarda dans le miroir ; son maquillage était fait, mais ses cheveux étaient encore plats et doux, pas encore finis. Il avait besoin de piques et de laque pour être 'Bill le Rocker'. Il bailla, il ne sentait pas comme une rock star aujourd'hui.

Ses paupières étaient lourdes et se fermèrent. Il pouvait se sentir s'assoupir, sa tête se baissant en avant. La porte s'ouvrit dans un lent click, c'était sans doute la coiffeuse. Il dit "Donne-moi juste une seconde."

"Je n'ai pas une seconde."

C'était Bushido, Bill le savait et un choc plaisant le traversa. Il ouvrit ses yeux et vit Bushido dans le miroir.

"Dans une seconde, l'homme des cavernes qui te sers de garde du corps va me jeter dehors ou me déchirer en deux."

Bill fronça ses sourcils, refusant de se retourner et de regarder Bushido. "Qu'est ce que tu veux ?"

Bushido se rapprocha de lui, Bill le regardait dans le miroir. Il resta derrière lui, Bill put sentir sa fichu chaleur sur son dos. Les mains de Bushido tombèrent sur les épaules de Bill, Bill ne s'y attendait pas. Ses épaules se tendirent et il regarda le reflet de Bushido.

"As-tu ma lettre ?"

Bill acquiesça. "Ouais, j'ai lu ta grossière lettre."

Bushido se pencha et souffla dans l'oreille de Bill. "Grossière ?"

Bill agrippa la chaise. "Je ne suis pas un enfant," il réussit à sortir.

Bushido poussa les cheveux de Bill d'un côté, un mouvement si intime que Bill ferma doucement les yeux. Il sentit sa barbe de trois jours lui piquer le cou et s'amuser avec, il ne pu s'empêcher de rougir.

"Je sais que tu n'en es pas un," le gronda gentiment Bushido, et il embrassa son cou. C'était assez pour que Bill haletât presque. Qui pourrait régir pareil, juste après être rejeté ?

"Tu ne voulais pas que je vienne," chuchota Bill, sa voix étant un souffle.

"Stupide Bill," dit Bushido. Il rit un peu, se moquant de Bill et il se sentit très chaud à en faire peur la froideur. Ses mains massaient les épaules de Bill, sa bouche embrassait plus durement son cou. Ses lèvres chaudes s'ouvraient et Bill brûla. "Je voulais te baiser."

Bill tourna la tête, prêt à hurler, défendre son honneur, jurer après Bushido et jeter son cul dehors, mais Bushido attrapa sa bouche et l'embrassa durement. Il l'embrassa si fortement que le cou de Bill se tordit et il devait se retirer.

"Ouch !" Bill se leva et serra ses poings. "Jésus ! Qu'est ce que tu penses être en train de faire, bordel ?"

"Mais tu ne supportais pas l'alcool," dit Bushido. Il semblait si affecté par ça que Bill voulu crier. "Et je ne pouvais pas baiser un petit enfant."

Bill allait crier. "Je ne suis pas un petit enfant !" Il marcha près de Bushido, si près, et il le poussa du doigt sur la poitrine. "Et j'ai bu à peine la moitié de tout ce que tu as bu."

Bushido rit, un mauvais gloussement adulte, et saisit le doigt de Bill posé sur son corps, et le tordit. Bill grinça et essaya de se libéré. Bushido ne le laissera pas partir.

"Petit," cracha Bushido, souriant. "Et tu étais si bourré, tu te souviens combien tu as bu ?"

Bill esquiva sa tête. "Je m'en souviens."

"Ouais ? Et tu te souviens de ça ?" Bushido tira la main de Bill en bas de son corps, sur ses muscles et pressa la main contre son entrejambe. Bushido est dur et chaud.

"Ugh."

Bushido tourna la main dans l'autre sens et dans un mouvement rapide, il plaqua Bill contre la porte, serrant leurs corps ensemble.

"Tu sais ce que font les adultes dans le noir, Bill ?" Il approcha sa tête près de Bill, mais Bill tourna la tête. "Mmm... Tu sens si bon, je pourrais juste..." Leurs bouches se connectèrent et Bill ne put s'empêcher de fondre dans leur baiser. C'était dur, profond et mouillé. Bill était sans défenses, si usé et prêt.

Bushido le garda piégé, écrasé contre la porte. Son corps bougeait contre Bill et Bill était choqué de sentir son corps répondre. Il gémit et passa une jambe autour du cul de Bushido, écrasant son aine.

Bushido se retira un peu. "Je le savais. Petite chose en chaleur."

Bill pencha sa tête en arrière contre la porte et Bushido attrapa ses fesses, le soulevant. Le plus vieux poussa brutalement, leurs bites se rencontrèrent finalement et Bill gémit fort, trop fort.

"Que vas-tu faire ?" demanda Bill, haletant.

Bushido se retira et lissa les cheveux de Bill. La porte avait créé beaucoup d'électricité statique. "Rien," dit Bushido. "Je dois y aller."

"Quoi ?"

Il poussa Bill de la porte et saisit la poignée.

"Ne le fais pas," dit Bill. Il était pathétique, mais le dit encore. "Ne le fais pas."

"Bye."

Bill fronça ses sourcils et se mit à genoux, son c½ur battant fort. Il ne savait pas ce qu'il se passait dans sa tête, ou dans son corps, mais il passa ses bras autour des jambes de Bushido et le tint.

"Whoa, c'est cool," dit Bushido.

Bill leva ses yeux vers lui, yeux plus sombre que jamais. "Non." Ses mains glissant vers le haut des jambes de Bushido. Ses mains tremblaient mais réussissent à ouvrir la boucle de la ceinture.

"Oh, vraiment ?" demanda Bushido.

"Je ne suis pas un gamin." Bill ne savait pas pourquoi il avait dit ça mais il sentit qu'il devait le dire. Bushido marcha en arrière et Bill le suivit jusqu'à qu'il s'appuyât contre la table de maquillage. Bill baissa le pantalon de Bushido, cette fois il était sûr de lui, il baissa jusqu'au bout.

Il le voulait, il le voulait vraiment. "Sors-la, comme tu l'avais fais. S'il te plait."

Bushido regarda Bill, les yeux encore plus noirs. Il ne dit rien, mais grogna et rentra ses mains dans son boxer, se caressant. "Tu es sûr de ça ?"

"Oui," chuchota Bill.

"Bonne putain de réponse," Bushido sortit sa bite et Bill écarta ses yeux. C'était aussi gros que dans ses souvenirs, rouge et large. Bushido s'avança brusquement, et sa verge se rapprocha des lèvres brillantes de Bill.

Bill le fixa. "Dois-je..."

Bushido toucha son menton avec. "Non, juste la regarder."

Bill lui lança un regard furieux et baissa la tête. Il ne la regarda pas, la suça juste et gémit.

Bushido siffla entre ses dents, regardant Bill travailler sa bouche. "Putain d'enfer."

Bill laissa la bite mouillée sortir et cogner son cou. Il enroula, peu sûr, ses doigts à la base et l'aspira lentement. "Encore ?"

Bushido avança la tête de Bill et Bill rit, le suçant à l'intérieur de sa bouche. Il ne pouvait pas le prendre loin, mais il le suça plus fortement, appréciant la sensation et le goût. Surtout, il appréciait comment Bushido grommelait au dessus, comment il massait durement sa tête.

Il savait que ça lui avait pris la tête d'écouter son frère parler de ses conquête, qu'elles devaient le prendre plus profondément. Il le fit et s'étouffa presque quand sa bite toucha le fond de sa gorge. Bushido ne s'en souciait pas et s'enfonça aussi profond.

Les yeux de Bill s'ouvraient en grand et Bill se retira. "Trou du cul. Tu ne peux pas juste—"

Bushido tira les cheveux de Bill. "Continue." Bill colla sa langue et toucha juste le bout de la bite. Bushido leva un sourcil. "Oh ouais ?"

Bill lécha la tête, la suçant doucement et la dégustant. "Mmm."

"Vilain Bill," réprima Bushido. Il tordit les cheveux de Bill, le décoiffant vraiment. "Ne fais pas chier."

"C'est ma première fois," marmonna Bill. "Soit gentil."

"Putain de taquin que tu es." Bushido le força à ouvrir sa bouche avec ses doigts et Bill les suça et les mordit, ils étaient salés et durs. Il soupira longuement par la bouche et Bushido prit la chance d'enfoncer sa bite dedans. "Putain de mauvais, autant qu'une groupie."

Bill ferma un peu les yeux et malgré qu'il ait été pris de force, il suça durement, laissant Bushido se glisser maladroitement dans sa bouche. Il le prit profondément et Bushido gémit vraiment. "Hmph." Bushido gémit fort, les mains se faufilant des ses cheveux, le rapprochant. Bill ne pouvait pas vraiment le faire loin, le prendre profondément. Il recula et suça le gland, encore.

Les mains de Bushido le caressa et serra ses cheveux. "Putain, tu es petit..."

Bill suça aussi fort qu'il le put, sa mâchoire lui fit mal, et suçota le bout. Bushido tremblait sous ses caresses. Bill laissa la bite sortir et lécha la fente mouillée.

"Jésus !"

La bite de Bushido cogna les lèvres de Bill, et sans le prévenir, il juta sur sa bouche. Bill était surpris et haleta. Bushido poussa son pénis dans sa bouche et continua de se vider sur sa langue.

Bill recula brusquement, toussant et essuya sa bouche. "Ugh !"

"Tu aimes ça." Bushido était essoufflé, de la sueur sur le front.

Bill sentit les jambes de Bushido trembler et il pensa, 'Je l'ai fait.' Quelque part, il était fier.

Et Bill entendit quelqu'un frapper à la porte et il tomba presque sur le cul.

"Bill ! La coiffeuse t'attend sur le plateau !" C'était David.

Bill tourna et planta son doigt dans le ventre de Bushido. Il siffla. "Ferme ton putain de pantalon," et dit à David "Je viens dans une seconde !"

Bushido rit, sa bite toujours sortie et dure.

"Range ça !" Bill était debout, remontant son boxer. Il était redevenu timide, rougissant quand Bushido le caressait.

"Oh, tu as fini avec ça, huh ?"

Bill croisa ses bras, regardant le sol. "Oui, maintenant emmène ton enfer loin d'ici avant que... avant que..."

Bushido remit son pantalon et sourit. "Avant que ton manager ne te donne une bonne fessée ? Hmm ?" Il attrapa Bill, ignorant que Bill essayait de résister, et l'embrassa sur les lèvres. "Tu as une bonne tête, gamin." Bill le poussa et Bushido allait sortir, se retournant juste avant de sortir de la pièce et regarda Bill de haut en bas. "Je te prendrais plus tard."

La porte se ferma et Bill se laissa aller contre la table. Il était toujours aussi dur, tremblant. Il fit tomber sa tête et touche ses lèvres rougies.

Il sourit juste un peu, il avait encore le goût de Bushido sur la langue.



_______________________________


Lire la VO.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.247.42) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Tokar-Hotel

    26/09/2011

    sarah wrote: "Juste une petite note pour la traduction. L'expression "to have a slap on the wrist" se traduit par "se faire taper sur les doigts". Tu fais de l'excellent boulot soit dit en passant :)"

    Merci ! C'était une de mes premières traductions, c'est pour ça que c'est pas terrible terrible ! :D

  • sarah

    25/09/2011

    Juste une petite note pour la traduction. L'expression "to have a slap on the wrist" se traduit par "se faire taper sur les doigts". Tu fais de l'excellent boulot soit dit en passant :)

  • Caro

    01/02/2010

    C'est dommage les petites erreurs au niveau des temps =)

  • Annwvyn

    11/02/2009

    Wow, c'est le genre le chapitre qui me souffle !
    La fin est juste alléchante, une sorte d'avant gout à ce qui pourrait être bien meilleur.
    J'adore *-*

  • Gagatiiseuz

    25/01/2009

    Bill est si vulnérable, j'adore **
    Cynical_Terror est franchement trop douée !
    Merci pour cette traduction =)

  • lovestoryabouttwins

    17/01/2009

    Vive toi!!!

  • lovestoryabouttwins

    17/01/2009

    han c'est hot hot hot!!!

  • tokiohoteldu59171

    12/01/2009

    cool chapitre bix

  • tokiohoteldu59171

    12/01/2009

    merci de m avoir prevenue

  • madisonsan2a

    11/01/2009

    la frase je te prendrai plus tar ma tuer lol

    en tout cas quelle lemon serieu mm si c bishido j'ai adoré maintenan jen veu plus je veu savoir la suite sniff lol

    kiss^^

Report abuse